MENU

TRUCS & ASTUCES

La bonne pointure et l’essayage

Le choix de la pointure dépend du domaine d’application et des préférences personnelles. De manière générale : pour les chaussures d’alpinisme, un espace de la largeur d’un pouce entre l’extrémité de la chaussure et le gros orteil est recommandé.
C’est un peu plus que pour des chaussures de ville « normales » mais cette différence s’explique par le fait que ton pied glisse toujours un peu vers l’avant dans les descentes. Une pointure trop petite peut ainsi rapidement entraîner des orteils bleus.
Les conseils suivants pourront également t’aider à trouver la bonne pointure :

 

• Toujours essayer les deux chaussures. Les pieds ne sont jamais les mêmes. Rien ne garantit donc qu’une chaussure adaptée au pied gauche conviendra pour le pied droit.
• Si tu portes des semelles orthopédiques, amène-les toujours pour l’essayage.
• Utiliser les parcours de test. De nombreux magasins sont équipés de petits parcours de test qui simulent le terrain et les pentes. La pointure et le chaussant peuvent être testés lors de la marche en montée et en descente. En l’absence de parcours de test, tu peux te placer en équilibre sur une marche, les talons en l’air et les pieds inclinés vers le bas, afin d’évaluer la manière dont ton pied glisse vers l’avant. Tes orteils ne doivent en aucun cas toucher l’extrémité de la chaussure.

• Porter des chaussettes de randonnée, demander des chaussettes d’essai ou, dans l’idéal, apporter ses propres chaussettes. Les chaussettes de randonnées sont renforcées aux endroits particulièrement sollicités comme les talons et la plante du pied.
Prendre le temps ! Les chaussures doivent rester confortables même après un port prolongé ; prends par conséquent le temps de marcher suffisamment longtemps dans le magasin.
• L’idéal est d’essayer les chaussures l’après-midi ou en début de soirée. Au fil de la journée, les pieds gonflent de la même manière que pendant une randonnée. Tu pourras ainsi te faire une idée proche de la réalité.

« Faire » la chaussure à ton pied

Grâce aux matériaux synthétiques modernes utilisés pour la doublure et le rembourrage, il n’est plus nécessaire de « faire » les chaussures d’alpinisme comme c’était le cas auparavant. Pour les chaussures en cuir, et tout particulièrement en cuir pleine fleur, cette étape reste toutefois justifiée. Le cuir est un matériau naturel qui s’adapte progressivement au pied.

De manière générale :

Avant de partir pour des randonnées de plusieurs heures ou de plusieurs jours, il est recommandé de faire ses nouvelles chaussures sur des trajets plus courts ! Mais l’apparition d’ampoules lors de la première sortie avec les nouvelles chaussures n’est pas une fatalité. La bonne technique de laçage permet d’obtenir le confort souhaité dès la première randonnée.

Les ampoules apparaissent pendant la course ou la marche sous l’effet du frottement constant exercé entre la chaussure ou la chaussette et la peau.

Un léger ajustement du laçage permet d’éviter les frottements désagréables à l’intérieur de la chaussure et de prévenir l’apparition d’ampoules. Afin de limiter les risques au maximum, les sticks anti-ampoules disponibles en pharmacie sont recommandés. L’application d’une pellicule permet de réduire le frottement. Ces sticks sont particulièrement utiles pour les zones critiques telles que les talons ou la plante du pied.

 

Laçage

Soulagement de la pression au niveau du cou-de-pied

Afin d’éviter les points de pression sur le cou-de-pied, le laçage ne doit pas être croisé au niveau de la zone critique. Enfiler le lacet dans l’œillet sans croiser à cet endroit et ne recroiser le laçage qu’au niveau de l’œillet suivant.

type= »1_2″]

Laçage variable

En montée : pour éviter l’apparition d’un point de pression au niveau du tibia causé par la tige, le laçage peut être plus lâche au niveau de la partie supérieure de la chaussure. Pour conserver un bon soutien du talon, le laçage doit toutefois toujours être bien serré au niveau du cou-de-pied.

En descente : avant la descente, resserrer le laçage dans la partie supérieure, afin d’éviter un glissement du pied vers l’avant et ainsi des douleurs aux orteils.

Ajustement individuel

Chaque pied est différent. Nos embauchoirs doivent s’adapter à un maximum de pieds et ne peuvent par conséquent pas couvrir tous les « cas particuliers ». Un Hallux valgus, une exostose, des épines calcanéennes peuvent, entre autres problèmes, nécessiter un ajustement individuel de la chaussure.
Des assouplisseurs de cuir, des embauchoirs mécaniques et des écarteurs permettent d’ajuster les chaussures de sport de montagne. De nombreux magasins de sport et cordonniers offrent des conseils et services à ce sujet.
Comme l’embauchoir, la semelle intérieure doit également s’adapter au plus grand nombre de pieds possible. Si le pied glisse fortement dans la chaussure ou si la plante du pied est douloureuse, une semelle intérieure adaptée peut être utile. Les magasins de sport vendent des semelles de sport qui s’adaptent au pied sous l’effet de la chaleur. En cas de problèmes orthopédiques qui peuvent avoir une influence sur l’ensemble du système musculo-squelettique, la consultation d’un orthopédiste est impérative.

 

Pied normal
Pied creux
Pied plat

Semelles intérieures

Toutes nos chaussures sont équipées d’une semelle intérieure amortissante OrthoLite®.

Fabriquées à partir de mousse polyuréthane à pores ouverts, elles sont extrêmement respirantes, durables, et préviennent la formation de champignons, de bactéries et d’odeurs.

Nous utilisons exclusivement la version EcoPlush, composée à 25 % d’huile de ricin et à 50 % de polyester pour le matériau supérieur de la semelle : une bonne formule à la fois pour tes pieds et pour l’environnement.

Si tu souhaites en savoir plus sur le thème des matériaux renouvelables, tu trouveras toutes les infos dans notre rapport de durabilité.

 

Pour savoir comment entretenir et réparer tes chaussures correctement, rends-toi ici.